La revue de la Société Astronomique de France

Extrait À TÉlÉcharger ici

l'édito du mois

Si vous jetez un coup d’œil au sommaire de ce numéro de l’Astronomie, vous serez certainement frappés par le caractère international des articles qui sont annoncés. On y trouve, en effet, un cadran solaire traditionnel japonais, l’histoire d’une collaboration franco-roumaine en astronomie, les avancées de l’astronautique chinoise, l’observation des amateurs avec des télescopes situés aux quatre coins du monde, et aussi une proposition de participer à la campagne d’observation « Globe at night 2017 ». Plus fondamentalement, l’astronomie, comme toutes les sciences, ne pourrait exister si des frontières étaient dressées entre les pays. Les articles présentant l’actualité ramènent, comme chaque mois, à des références internationales. De même, l’article en zoom, s’il est l’œuvre d’un auteur, décrit le plus souvent le travail d’équipes internationales. C’est bien le cas, ici, de l’article consacré au bilan de CoRoT, qui illustre magnifiquement une coopération entre des chercheurs du monde entier. Les laboratoires français, comme ceux des pays qui ont la chance de pouvoir financer des projets coûteux, ne pourraient pas être efficaces sans l’apport enrichissant des doctorants et des post-docs venus de partout, sans les conférences, écoles et congrès, ouverts à tous et sans une large diffusion des résultats. C’est parce que le monde de la science est fondamentalement international qu’il a été profondément choqué du « Muslim Ban » promulgué le 27 janvier par le nouveau président des États-Unis, remettant en cause tous ces accords d’échange, indispensables pour tous les chercheurs et base du « vivre ensemble ». C’est pour ces raisons que l’ensemble de la rédaction de l’Astronomie soutient la démarche de l’Union astronomique internationale (IAU) visant à défendre les droits des citoyens/scientifiques partout dans le monde. Le texte peut être trouvé ICI : IAU

Janet Borg